Les plantes comestibles des bords de chemins

En chemin, le randonneur peut repérer les plantes comestibles et cuisiner sa cueillette.

 

Sur les bords des chemins, dans les sous-bois, au milieu des clairières, une plante sur dix peut être cuisinée. Mâche sauvage, petite oseille, stellaire des marais… il n’y a qu’à se baisser.

Saviez-vous que le cynorrhodon (gratte-cul), fruit de l’églantier, contient 30 fois plus de vitamine C que le citron ?

Le site du Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse consacre un dossier aux plantes comestibles et à la façon de les accommoder. Alors, on se prépare un coulis de fleurs de primevère, une crème brûlée à la reine des prés ?

Consulter le dossier Plantes sauvages  proposé par le Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

FFRandonnée 20 mars 2017